Santal et Chocolat

C'est beaucoup de cuisine, un peu d'impertinence, pas mal de raillerie (surtout si tu es blonde): comment profiter de la vie en la croquant à pleines dents!

15 septembre 2012

La petite dernière...

Pyramide de macarons!

... avec ma toute nouvelle structure en polystyrène! Je l'adore!!!

Les macarons sont fixés non plus à la glace royale, mais à l'aide de piques en bois. Pas de risque que ça se décolle avec la chaleur, c'est bien plus pratique... Et je trouve que c'est encore plus joli!

Voilà donc la dernière née de mes pyramides de macarons spécial-mariages, en fuchsia et noir (ganaches praliné et spéculoos).

Et félicitations aux jeunes mariés!! J'espère qu'ils aimeront!  ;-)

Posté par Missrimel - Cliquez ici pour commenter cet article! [7] - Permalien [#]

03 octobre 2011

Tout le monde aime les macarons!


Surtout ma petite Pistache qui adoooore m'en voler un quand j'ai le dos tourné! Petite saleté!  ;-)

19 septembre 2011

Pyramide de macarons: dernière apparition (avant la prochaine)

 

Swap 036

Comme Charles Aznavour (en plus jeune toutefois), je ne résiste pas à l'envie de revenir pour un dernier clin d'oeil gourmand, juste pour partager une photo (de très mauvaise qualité) de la pyramide de macarons réalisée pour un mariage ce week-end.

Ferre et swap 005

Finalement, depuis que j'ai décidé d'arrêter la cuisine, on ne m'a jamais autant sollicitée (lol). Il paraît même que mes macarons rivalisent avec ceux des grands pâtissiers (je soupçonne une flatterie intéressée...)

Ferre et swap 004

En tout cas, ça fait plaisir de faire plaisir!  ;-)

Swap 037

14 juin 2011

Il est temps...

65662530_p

...de vous dire au revoir. Je voudrais aujourd'hui me consacrer entièrement à ma nouvelle passion, et je n'ai plus vraiment le temps de me permettre de tenir deux blogs à la fois...

La cuisine, c'est encore un réel plaisir pour moi, mais j'ai envie de donner bien plus de place à la savonnerie désormais, qui me replonge nostalgiquement dans des pseudos-travaux pratiques de chimie. Et le travail de labo me manque un peu!  :-)

En plus, Mon Johnny Perso est trop sportif pour se laisser aller à un bon boeuf bourguignon - pommes de terre quotidien, alors... Les pains de savon sont bien moins caloriques! (et se conservent beaucoup, beaucoup plus longtemps...)

Bref, j'ai remplacé les fioles de sirop par des flacons d'huiles essentielles dans les étagères de ma cuisine, et mes nouvelles spatules servent à racler les produits des saponifications plutôt que la pâte de mes gâteaux au citron (mais ça sent aussi bon)!

Je voulais juste vous remercier d'être passé par là une fois, deux fois ou à chaque fois, et si le coeur vous en dit, revenez de temps en temps me laisser un petit mot dans mon nouveau repère 2.0, ça me fera vraiment très plaisir... Quand à moi, je ne manquerai pas de vous suivre encore sur vos petits coins de blogs à vous, forcément!

Et bien voilà, c'est le moment du grand au revoir et ça me fait un peu bizarre... Nostalgie? Nouveau départ... Et en parlant de ça, je vous laisse sur quelques macarons, réalisés pour le 21 mai dernier, à l'occasion d'un évènement particulier, très particulier...

 

68250692_p2

A bientôt!

08 février 2011

Comment mettre des bulles dans son eau (et son homme dans sa poche)

sodastream_017

L'autre jour, on a invité des copains à dîner à la maison.

C'était vachement sympa, y'a eu des "oh, bonsoir!", des "ça fait plaisir de vous voir", des "oh!!! des fleurs, mais fallait pas..." et des "j'adooore les orchidées", voire aussi des "asseyez vous donc, j'ai préparé des macarons salés pour l'apéro"

Etc etc.

Une soirée qui commencait bien, quoi.

Sauf que.

Tu sais, moi, mon truc, c'est la bouffe, la popotte, la cuisine, le manger, quoi. Niveau remplissage de panse, je sais y faire, tu peux être sûr.

Y'a juste une chose à laquelle je ne pense jamais, tellement préoccupée que je suis par l'élaboration du menu. A la question essentielle du "sommes-nous suffisamment équipés en liquides divers z'et variés pour satisfaire tout le monde dans la salle, sans restriction de quantités, ou, pire encore, d'âge?"...

(rappelons que les mineurs n'ont pas le droit de se taper un bon muscat ou un ricard avec leurs curly's)

... je réponds: j'oublie toujours le coca quand je vais faire mes courses.

Je n 'assume pas ce fait établi en trouvant une excuse bidon m'insurgeant contre le poids tout à fait inacceptable des packs de 6 bouteilles d'1,5l, faible femme que je suis. Si. Faible femme.

(Mais y'a que moi qui ai le droit de le dire).

Bon. Je suis excusable, je n'ai pas encore de mini-moi baveux à la maison. Encore moins d'ado adepte de malbouffe, tu penses bien.

Donc: pas de crise de larmes ou de tapages rageurs de pieds suivis de cris révoltés et de "espèce de mère indigne" quand je rentre de mon supermarché préféré sans sodas.

Bien sûr, Johnny, qui se damnerait volontiers pour un tacos sauce algérienne - ce qui n'est pas le type même de grande gastronomie à laquelle on pourrait penser de prime abord - fait parfois une remarque interrogative à ce sujet.

Mais ça ne dépasse jamais le "ah, tu n'as pas acheté de coca? Dommage".

Car il sait qu'à la maison, c'est moi qui tape du pied et qui fais des caprices quand je suis contrariée par une constatation trop appuyée d'un oubli qui n'est pas familier à mon cerveau de brune.

Je serais capable de lui rétorquer que l'eau du robinet, chez nous, elle est trop bonne. Ce serait dommage de s'en passer (tout de même).

Alors quand les gentils gamins des susdit invités se sont mis à me réclamer du coca pour accompagner leurs chips saveur barbecue, j'ai eu une petite sueur froide dans le bas des reins qui voulait dire qu'effectivement, je n'avais pas pensé à tout, une fois de plus. Les enfants sont cruels.

- Tu ne veux pas plutôt un petit jus de fraise? Un verre de grenadine? Un smoothie à la mangue? Un milk-shake à la vanille?

Aaaah, les gosses. Quand ils ont une idée derrière la tête, il ne l'ont pas ailleurs, je peux vous le dire. J'ai même failli avaler de travers ma cacahuète quand le papa a ajouté:

- J'en prendrais bien un peu dans mon whisky aussi, tiens, si tu en as.

J'allais bégayer que le whisky-orange, c'est de la bombe quand soudain Johnny - mon sauveur - a jailli de la cuisine, brandissant fièrement une bouteille de coca sortie de je ne sais où.

Etait-ce donc l'une de celles qu'il planque sur le balcon (prévoyant qu'il est) pour se faire des petits plaisirs sucrés en solo - le coquin - lorsqu'il revient de ses entraînements de foot hebdomadaires?

- Meuh non, blonde, va (qu'il me dit alors, le vilain) (on réglera ça plus tard, entre nous) c'est pas du coca en bouteille, ça. Je viens de le fabriquer dans la cuisine, là, maintenant, tout de suite.

Fabriquer du coca? Johnny-la-mèche-au-gel? Quid de ce mystère culinaro-boissonesque surprenant?

- C'est l'appareil, là, dont je t'ai parlé, le nouveau truc pour fabriquer des sodas maison aussi bons que les autres qu'on achète d'habitude (enfin, quand on y pense) mais sans tout le tralala de bouteilles en plastiques à transporter. C'est écolo et ça va épargner ton joli petit dos quand tu reviendras des courses, vu qu'on n'aura plus 20000 bouteilles à se trimballer. En plus c'est drôlement moins chargé en sucres. Et ça fait même de l'eau gazeuse avec l'eau du robinet. Et chez nous elle est trop bonne, ça tombe bien, ce serait dommage de s'en passer (soit dit en (re)passant). Alors voilà.

sodastream_010

Stupéfaite que j'étais, de voir mon Johnny transformé en vendeur de téléboutiqueachat (ultra sexy) (il faut bien le préciser).

Et puis, c'est adorable de penser au bien-être de ma colonne vertébrale, quand même.

(Notez le détail: quand TU reviendras des courses. L'homme est adorable ET malin, n'est-ce-pas).

(Je ne ferai pas de commentaires sur le "drôlement moins chargé en sucres". Mon Johnny à moi n'est point du tout un goujat. On va pas épiloguer là dessus, je réglerai mes comptes avec lui plus tard) (bis) (gnihihihi).

Bref, tout fier de sa découverte, il enchaine aussitôt sur un jeté de shaker à cocktail façon Tom Cruise (en mieux), en hurlant qu'il va me faire le gin-fizz le plus chouette de ma vie. Avec le soda-stream citron vert. Et que je vais l'épouser juste après tellement ce sera bien.

sodastream_007

Ben vous savez quoi? Je vais l'épouser, c'est décidé.

Mais je vous laisse imaginer si c'est pour le gin fizz ou pour sa belle gueule de tête d'affiche. Ou pour tout le reste (je vous passe les détails).

En attendant, si toi aussi blonde lectrice tu veux que ton homme craque pour la saint Valentin, fais lui donc le gin fizz de sa vie. Peut-être y aura-t-il une cérémonie à la clef?

S'il est plus whisky-coca panique pas mémère, Sodastream fait aussi en ce moment, en édition limitée, des arômes coca vanille et coca lime à tomber par terre.

Pour le coca nature, je dirais que ça ressemble davantage à du Pepsi (dixit les spécialistes en culottes courtes).

Mais l'orange et le citron vert sont bluffants (rappellent les Orangin*s et autres G*nis). Le citron "normal", on dirait de la limonade.

Tu verras qu'il va vite s'y mettre, ton homme à toi, à la pompe-mania (sans jeu de mot douteux, pas de ça chez nous).

Transforme donc ton homme en Tom Cruise d'un jour, ta cuisine en bar à cocktails New-Yorkais, avec le design du pack sodastream pour la Saint-Valentin tu t'y croirais presque.

Image3

Personnellement, je ne vois que des avantages et je suis emballée... Et vous?

Mettre des bulles dans son eau : SodaStream, le concept “home made” tendance

“Faire buller” l’eau de son robinet a été rendu possible par SodaStream voici plus d’un demi-siècle. Le concept du fabricant ? Simple, il repose sur l’utilisation d’une machine – qui fonctionne sans électricité grâce à un cylindre de CO2 – et une bouteille de gazéification réutilisable en PET sans BPA.

Pour concevoir son eau pétillante, rien de plus facile : il suffit de remplir la bouteille de gazéificationn réutilisable d’eau fraîche du robinet, de la visser dans la machine et d’appuyer sur le bouton de gazéification. Grâce aux saveurs concentrées proposées par SodaStream, il est possible d’apporter l’arôme souhaité à son eau pétillante et en faire son propre soda.

Se faire plaisir tout en maîtrisant son empreinte écologique : SodaStream conjugue éco-responsabilité et durabilité

Moins de bouteilles consommées et jetées, plus de produits recyclés = un geste pour contribuer à la réduction des déchets et simplifier son quotidien. Le système des machines SodaStream est recyclable et le modèle Genesis Eco est réalisé à partir de matériaux recyclés.

Eco-respectueuse, la bouteille livrée avec chaque machine SodaStream permet de gazéifier l’eau du robinet et de conserver le gaz jusqu’à 5 jours grâce à un bouchon hermétique. Elle est en plastique recyclable PET (polyéthylène téréphtalate) et ne contient pas de BPA (bisphénol A : composé chimique largement utilisé dans la production des matières plastiques et soupçonné d’être toxique pour le corps humain).

La bouteille SodaStream est réutilisable jusqu’à la date indiquée dessus, soit 2 ans en moyenne. Il est conseillé de la conserver remplie d’eau au réfrigérateur avant de créer sa boisson pétillante.  Il ne faut pas la mettre dans le lave-vaisselle ni au congélateur.

Maîtriser son budget : SodaStream propose un geste économique aux amateurs de boissons gazeuses

Avec un seul cylindre de CO2, les machines SodaStream permettent de réaliser jusqu’à 60 litres d’eau pétillante – soit 0,22 € le litre – et l’économie de 40 bouteilles de 1,5 litres ou 180 canettes. Quant au soda, son coût au litre est de 0,66 €, prix du CO2 inclus. La recharge de CO2 peut être effectuée directement dans les services après-vente ou à l’accueil des points de vente en rapportant son cylindre vide et en l’échangeant contre un plein.

Enfin, les saveurs concentrées de SodaStream – disponibles en flacons de 500 ml – produisent jusqu’à 12 litres de soda

Image1

A l’occasion de la fête des amoureux, SodaStream dévoile sa série exclusive « I love Cola » comprenant la machine SodaStream Jet Fun Cola prête à l’emploi au look épuré et au rouge trendy, un pack inédit de deux bouteilles estampillées « I love Cola SodaStream » ainsi que deux saveurs inédites : Cola Vanille et Cola Lime. Signés SodaStream, ces objets collector offrent aux valentins et valentines tout comme aux amateurs de design une nouvelle expérience du soda fait maison. La machine SodaStream Jet Fun Cola est disponible au prix public de 74,95 €.

Article sponsorisé



01 février 2011

Risotto crémeux aux crevettes, aux mangues et au parfum de curry...

OK11_copie

Il y a un plat qui m'a toujours un peu intriguée. Un plat qui a l'air d'être tout simple, tout facile à faire, tout bête à réaliser, mais qui, en réalité, demande un certain savoir faire qui relève presque du secret de famille (italienne).

C'est un plat tout en ambiguité, qui a l'air plutôt consistant tant il est onctueux, mais qui doit se préparer avec subtilité et précision.

Ce plat: le risotto.

Le risotto, je vous l'avoue, me fait toujours peur quand je m'aventure vers lui. Car tout est important pour sa réussite: le choix du riz, la méthode de cuisson, le geste du cuisinier... Autant de petits détails qui vont faire toute la différence, toute la saveur, toute la grandeur du risotto.

Il faut porter une attention particulière au bouillon qui permettra au riz de cuire et de libérer toute son ontuonsité: fumet de poisson, bouillon de volaille, de veau ou de légumes viennent «mouiller» un riz revenu doucement dans un fond d'huile d'olive jusqu'à absorption. Si la qualité du riz est au rendez-vous, celui-ci devient alors transparent. Le bouillon se verse délicatement dans le poêlon jusqu'à son absorption complète.

C'est lors de cet épisode qu'entre en jeu toute la dextérité du cuisinier: il lui faut "mantecare" le riz: le remuer énergiquement avec une cuillère en bois. Ce geste est l'un des ingrédients majeurs de la recette, comme pour l'aligot ou la brandade.

Il est aussi important de noter que le risotto doit être exécuté dans l'instant, et ne peut en aucun cas être préparé au préalable puis réchauffé... au risque de devoir servir à vos invités une tambouille un brin collante qu'on pourra davantage qualifier de pâté de riz que de vrai risotto!

Bref, pour résumer: il faut que le riz s'imprègne de bouillon, libère son amidon pour devenir crémeux (d'où l'importance de ne pas le rincer avant cuisson), mais reste suffisamment ferme pour ne pas s'agglomérer en boule de pâte avec ses petits copains de grains. Hop!

OK12_copie

Personnellement, si je devais donner quelques petits trucs pour le réussir, ce serait:

  • de bien laisser cuire le grain de riz dans de la matière grasse au sein de la poêle, au départ, jusqu'à ce qu'il devienne translucide, mais sans jamais brunir,

  • d'ajouter le bouillon très progressivement pour ne jamais immerger totalement le riz dans le liquide, et tourner, tourner, tourner, jusqu'à ce qu'il soit bien absorbé, avant d'en incorporer davantage,

  • de choisir un riz vraiment adapté à ce type de cuisson, tel un arborio (grains ronds qui résistent bien à la cuisson sans perdre leur forme et leur fermeté).

Bref.

Tout ça pour dire que j'avais envie d'en faire un depuis un moment, quoi, histoire de voir si je n'avais pas (trop) perdu la main. Oui, comme on ferait des gammes pour le piano. Exactement, t'as tout compris, +10 points, t'es sur la bonne voie.

Un bon risotto aux crevettes, tiens.

(il aime ça, Johnny, les crevettes) (et j'aime quand Johnny est content) (après il me laisse être chiante sans trop se plaindre) (et des fois, je suis vraiment un peu chiante, il faut dire).

Echange de bons procédés, quoi.

Alors tant qu'à faire dans la crevette, autant y aller franco (à la mer) et traverser les continents pour taper en plein dans l'exotisme, ça compensera le froid ambiant en nous réchauffant les papilles et en nous faisant voyager (en projection culinaire, forcément) vers des contrées ensoleillées...

Et là, je dois dire que j'ai eu l'occasion parfaite de m'y remettre:

Parce que lorsque j'ai eu l'occasion d'essayer le Boursin cuisine au "curry thai", ç'a été l'évidence.

OK6 OK7

Mon risotto tant attendu aller ajouter au soleil italien une pointe de parfums asiatiques. Du sucré-salé avec de la mangue fondante pour la fraîcheur en bouche lorsqu'on la croque, l'onctuosité du Boursin en touche finale dans le riz, et la saveur délicate du curry pour parfaire le tout.

************************

Risotto crémeux aux crevettes, mangues et parfum de curry

OK10_copie

250g de riz arborio

3/4 litre de bouillon de légumes

1 oignon

2 gousses d'ail

1 mangue

50g de beurre

1 pot de Boursin cuisine "Curry Thai"

Cumin

Sel, poivre

Faire revenir l'oignon finement émincé avec 50g de beurre. Ajouter la mangue coupée en dés. Laisser cuire une dizaine de minutes en remuant régulièrement, pour attendrir le fruit.

OK1

Incorporer une bonne cuillère à soupe de cumin, ainsi que deux gousses d'ail hachées.

OK2

Jeter le riz en pluie dans le faitout, et le laisser devenir translucide. Ajouter alors progressivement le bouillon de légumes en tournant sans cesse avec une cuillère en bois jusqu'à absorption complète du liquide.

OK3

Au bout d'une vingtaine de minutes, le riz sera cuit et le bouillon totalement absorbé.

OK4

Parsemer des crevettes décortiquées. Oter du feu et ajouter deux cuillères à soupe de Boursin cuisine Curry Thai pour ajouter du crémeux au risotto, ainsi qu'une touche d'exotisme!

OK9

************************

Pour mon impression sur la recette, je dois dire que même si c'était très bon à déguster, le risotto nature, c'est quand même plus authentique. Des italiens mal lunés diraient même (si on leur demandait, mais je prends les devants) que de la crème dans le risotto, c'est tricher. Comme des spaguettis qu'on casserait avant la cuisson, quoi... Bref, si tu débutes dans l'italiennerie, tu peux t'en servir comme d'un coup de pouce pour un risotto inrattable, bien crémeux... Pour ma part, le Boursin au curry thai ne m'a pas séduite plus que ça je dois dire. Je trouve que le goût de curry n'est pas assez prononcé, et qu'il faut, à la limite, en rajouter une petite cuillère à café pour intensifier si on veut vraiment mettre une touche prononcé d'exotisme à la recette.

Pour tout vous dire, j'ai aussi testé celui aux échalotes, et je l'ai préféré (même avec juste un morceau de pain, il est top pour un casse-croûte au coin de la table)

Voilà, "vous pouvez reprendre une activité normale", maintenant! A bientôt!

26 janvier 2011

Flan d'aubergines et de tomates "qui en jette", façon Parmiggiana!

4

Je ne sais pas si tu le sais, mais moi, mon légume préféré, c'est l'aubergine.

En même temps, je ne vois pas trop comment tu pourrais le savoir. Sinon c'est que tu es Johnny ou ma mère. Et dans ce cas laisse moi te dire que je te fais un bisou. Et puis c'est tout.

Alors.

Revenons à nos moutons (si je puis dire). Ou à nos aubergines (sans procès verbal) plutôt (sans Mickey non plus).

Oulà. Ca ne me réussit pas de choper la grippe, à moi. Bref.

L'aubergine, disais-je, ce merveilleux légume, pour peu qu'il soit un peu cuit je te le mange à toutes les sauces, à tous les plats, à toutes les saveurs.

Ben si. Même en ratatouille. Petite, je triais les légumes pour avoir tous les morceaux des aubergines pour moi toute seule (un brin égoïste, la môme) (mais ma maman faisait déjà exprès de m'en mettre tout plein l'assiette, pour me faire plaisir)...

Donc l'autre jour, quand il a fallu trouver un accompagnement à la fondue bressane qu'on s'est faite à la maison, j'ai tout de suite pensé à un petit gratin, et c'est tout naturellement que l'aubergine, alors que je réfléchissais au menu dans mon lit, est venue à mon esprit (peut-être aussi est-ce à cause de la couleur des murs de la chambre, je sais pas trop).

Bref.

"Eureka!" criais-je alors au milieu de la nuit, laissant à côté de moi un Johnny tout affolé de ce sursaut de génie culinaire nocturne.

"Je vais faire mieux que du gratin, je vais faire un flan de mousse d'aubergines façon parmesane", que je lui ai dit. A johnny. Qui a voulu appeler les urgences en pensant que j'avais une hallucination toxique (la sauce du tacos de la veille était en effet douteuse) (bien que ce soit d'autres troubles gastriques qui apparaissent en général, dans ces cas-là...)

"Meuh non!" que je lui ai répondu. "Laisse-z-y donc travailler tranquillement le pauvre monsieur du kébab d'en bas, kya déjà bien à faire avec tous ces jeunes qui écoutent David Guetta sur leur portable. Point de souci de harissa périmée dans cette illumination."

Et me voici à dériver la recette du gratin d'aubergine à la parmiggianna (parmesan/tomates), à écrabouiller mes pauvrettes et à les noyer dans de l'oeuf battu et de la ricotta bien fraîche.

1

Résultat: goutté et approuvé par tout le monde!

Plus léger que le gratin de par la texture aérienne de cette mousse-flan, on retrouve bien la saveur particulière de la parmesane. L'avantage, c'est que là, ça peut se manger aussi bien chaud que tiède, ou même froid pour l'été, pour un pique-nique chic et original. C'est bien léger et avec un plat un peu lourd ou copieux, c'est parfait comme accompagnement.

Et puis, niveau présentation, c'est top!

Flan d'aubergines, façon Parmiggiana

5

Pour 6 personnes:

1,250kg d'aubergines, 4 tomates, 4 gousses d'ail, 1 bouquet de persil, 4 brins de basilic, 4 oeufs, 100g de ricotta, 75g de provolone, 75g de parmesan, 100g de chapelure, 2 cuil à soupe d'huile d'olive, sel, poivre

Préchauffer le four sur Th6 (180°C). Rincer et sécher les aubergines, choisir les 2 plus longues et les trancher. Saupoudrer d'1 cuil à soupe de gros sel et laisser dégorger 30mn dans une passoire. Puis rincer, égoutter et sécher dans un linge.

Dans une poêle antiadhésive, les faire dorer sur les 2 faces avec 2 cuil à soupe d'huile d'olive. Les retirer du feu et les réserver sur un papier absorbant.

(Astuce: on peut aussi, pour éviter cette étape, utiliser des aubergines surgelés tranchées et grillées)

Envelopper les autres aubergines dans du papier alu après les avoir coupées en 2, et les enfourner pour 30 minutes au four.

Les déballer et retirer la pulpe avec une petite cuillère. Ajouter la ricotta et écraser le tout à la fourchette. Incorporer le provolone et le parmesan râpés, les 2 gousses d'ail hachées, la moitié du persil et du basilic ciselés et enfin les oeufs battus en omelette. Saler et poivrer. Bien mélanger.

Dans un bol, mélanger la chapelure avec les deux dernières gousses d'ail pelées et pressées, et le reste des herbes ciselées.

Tapisser le fond et les bords d'un moule à manqué avec les 2/3 des tranches d'aubergines, en les faisant se chevaucher légèrement. Verser la moitié de la mousse d'aubergines.

Lisser la surface, saupoudrer de chapelure à l'ail, recouvrir avec les tomates coupées en rondelles. Saler et poivrer les tomates, saupoudrer de chapelure.

Recouvrir les tranches de tomates du reste de la crème d'aubergines. Tasser en tapant le fond du moule sur le plan de travail. Lisser la surface. Saupoudrer du reste de chapelure, rabattre les tranches d'aubergines qui dépassent des bords et recouvrir avec les dernières tranches réservées.

Glisser le moule au four pour 40 minutes, cuire à 180°C.

Laisser tiédir avant de démouler sur un plat (merci Arnaud pour cette étape délicate, et désolée pour tes doigts!)

;-)

21 janvier 2011

Abstraitement vôtre... Mélina.

hebergeur image

03 novembre 2010

Verrine diabolique à la mousse de sorcière complètement siphonée! Tout un programme, quoi...

Sans_titre_1_copie

Cher lecteur de ce blog,

J'espère que tu vas bien.

Ici, à Grenoble, ça caille un peu mais bon, ça va encore. Le vent n'est pas tout à fait glacial le matin (juste trop très frais) et la pluie ne nous fait pas encore couler le mascara sur les joues, qu'après même on dirait le clown Auguste (en brune) à la mèche humide raplapla et aux chaussures qui font "splish splash" à chaque pas.

Nooon, pour le moment, c'est encore quelque peu supportable ici. Je n'ai pas encore superposé deux doudounes avant de sortir de chez moi, donc... Le thermomètre est encore à peu près décent (CQFD) et mon look pas encore devenu trop à chier désespérant. Pour l'instant. Et pourvu que ça dure. J'te le fais pas dire. Surtout pour Johnny qui va devoir supporter les chaussettes en laine et la culotte molletonnée jusqu'à ce que les beaux jours reviennent (le pauvre). On range la dentelle fine et les jolis décolletés, hop au placard. Fini la glamour attitude. Je passe en mode "urgence grand froid". Et aux moonboots à fourrure hyper kitches. Na.

En même temps, c'est soit la chemise de nuit en polaire, soit le nez qui coule. Choix Cornelien en terme de tue l'amour. Mais là, désolé chéri, va falloir composer avec ça. (Et éteindre la lumière quelques temps pour ne pas se couper l'appétit).

Bref.

Et ben tu sais quoi? Quand même? Malgré tout?

Y'en a qui attendent la neige impatiemment (pour le ski). Oui, des fous y'en a plein ici. C'est le paradis des sportifs chez moi, tu savais pas? Des scientifiques randonneurs et valeureux et raleurs et prétentieux.

Attends, je t'arrête tout de suite: c'est pas que je n'aime pas le ski (et mes collègues scientifiques), hein, vu qu'en bonne grenobloise de naissance j'ai été propulsée dessus (sur les skis, pas les scientifiques, t'es con) avant même de savoir marcher (enfin, presque). Mais quand même, se cailler 4 mois pour quelques toutes petites journées de rien du tout à la neige, qui te rougissent le nez et te vident ton capital sorties du mois, c'est franchement de l'abus social. Si.

Comme la réforme des retraites, c'est ça.

Et le pire c'est qu'on n'y peut rien.

(Oui, comme la réforme des retraites, je te l'ai déjà dit).

De toutes façons, même si on avait notre mot à dire, je vois mal les petites minettes frileuses sortir dans la rue, bravant le courant d'air traître, leurs petits poings tous gercés rouges de froid et brillants de crème hydratante levés bien haut, pour que le soleil reprenne ses droits et que l'hiver recule, impressionné qu'il pourrait être par tant de détermination en legging thermolactyl.

Combat perdu d'avance, tu me l'accorderas.

Et puis, le legging thermolactyl, c'est franchement has been.

Alors, autant composer avec le temps qui passe et la température qui baisse, et fêter Halloween puisqu'on commence enfin à avoir des choses à fêter!

De toutes façons, moi, j'ai le coeur chaud et des projets plein la tête en ce moment, alors... C'est quand même pas un petit hiver en devenir qui va m'impressionner!

Alors, pour se jouer du vent, des mauvais sorts et du soleil qui fait sa crise annuelle d'ado récalcitrant, on n'a qu'à préparer une chouette mousse de sorcière. Voilà. Et pis c'est tout.

Sur ce, je te fais de gros bisous et te souhaite... heu... tout ce que tu souhaites, cher lecteur de ce blog.

Car tu as un goût très sûr et beaucoup de classe (puisque tu viens ici lire mes fantastiques billets) (même si tu sais qu'il n'y a plus rien à gratter avec moi) (puisque je suis une future femme mariée) (voilà voilà).

Alors à très bientôt j'espère,

Moi

Mousse de sorcière à l'avocat complètement siphonée!

lush_071_copie

3 avocats bien mûrs, 2 yahourts, 2 feuilles de gélatine, un peu de piment d'espelette en poudre (1/2 cuillère à café), sel, le jus d’1/2 citron

Epluchez les avocats, mettez dans un blender. Ajoutez les yahourts, le piment et un peu de sel. Mixez le tout.

Mettez à ramollir la gélatine dans de l’eau et ajoutez-la au jus de citron chauffé pour qu'elle fonde bien. Ajoutez dans l’avocat mixé, et bien mélanger.

Versez dans le siphon (0.5 ou 1 litre). Mettre une cartouche de gaz et secouer vivement, puis ajouter une seconde cartouche et réserver au frigo après avoir vigoureusement agité, pendant plusieures heure.

Dans une verrine, disposer des petites crevettes décortiquées à quelques tranches de pamplemousse épluchées à vif (sans la peau qui entoure les quartiers et qui est amère). Ajouter une cuillère à café de sauce cocktail (moitié mayonnaise moitié ketchup) et mélanger. Ajouter par dessus la mousse de sorcière à l'avocat, et servir avec du bon pain frais ou quelques gressins au sésame...

lush_079

Alors, la sorcière, c'est bon ou bien?

lush_078

En tout cas, c'est vachement rigolo! ;-)

lush_088

Bonne semaine à tous!

13 octobre 2010

Variation automnale de profiterolles salées au morbier, pour se réconforter un peu...

Sans_titre_1_copie

Oui bonjour, mais j'ai pas trop le temps là.

T'as remarqué d'ailleurs. Il est des périodes dans la vie qui ne nous laissent pas le loisir d'avoir une seconde pour souffler, se reposer ou juste être heureux. On s'en passerait bien, mais c'est ainsi. Le destin ou le sort on ne sait pas trop, et on reste malgré tout obligé d'avancer (et si possible dans le bon sens).

Si on ne veut pas se prendre un grand mur dans la tronche et perdre tout le glamour qui est notre moi naturel. Forcément.

(Sans compter le risque de se retrouver avec le nez de Mickey Rourke, hein, merci mais non merci, de rien, je vous en prie, je n'en ferai rien, après vous, certes.)

mickey_rourke_bad

Bref.

Quand la tempête s'apaise, il reste une grande envie de dormir, de se ressourcer, de se retrouver.

Et là, y'a pas trente six solutions.

C'est soit la diète régénérante, soit le réconfort d'une bonne bouffe bien automnale entre potes.

Et tu me connais. La diète, finalement, c'est pas mon truc. Je la laisse aux blondes à grandes mèches qui ont des écharpes et des chaussures dépareillées dans les rues de Saint Germain des Prés.

A nous le bon vin et les petits plats au fromage qui réchauffent le coeur (et nous obligent à faire du sport pour éliminer un peu tout ça). On appelle les copains, on sort les verres à petit blanc et on essaye de trouver une recette qui change un peu de l'éternelle fondue ou autre truffade au fromage...

Et tant qu'à faire, on troque le camembert et la raclette pour un fromage un peu plus original lui aussi, sans forcément parfumer la maison d'une odeur douteuse de chaussettes de footballeur mal lavées.

Et pourquoi pas un bon morceau de morbier pour changer?

Produit en Franche-Comté, le morbier est fait à base de lait de vache cru ou pasteurisé. Ce fromage entouré d'une croûte naturelle se reconnaît à la ligne noire qui traverse la pâte couleur jaune clair.

Visuel_10

La petite histoire...

Au XIXème siècle, le morbier était fabriqué en deux étapes, et était réservé à la consommation familiale des producteurs de comté.

En effet, à l'origine, les paysans de Franche-Comté livraient le lait des vaches à la fruitière du village pour la fabrication du Comté. Mais bien souvent, la rudesse du climat contrariait le déplacement des fermiers. Doués de bon sens, ils décidèrent alors de fabriquer leur propre fromage.

Pour remplir les immenses meules, ils additionnaient les laits de la traite du matin et de celle du soir. Entre temps, pour protéger le caillé des insectes, ils déposaient de la cendre prise « au cul du chaudron ». Le soir, ils recouvraient la première partie du fromage avec la deuxième traite. Un délicieux fromage de 8 à 10 kilos à la raie cendrée était né.

Aujourd’hui, la ligne noire qui traverse la pâte n'a bien entendu plus lieu d'être. Mais les fabricants l'ont pourtant conservée: elle est décorative, et surtout rend ainsi le fromage reconnaissable. Cette ligne sombre est tracée avec du charbon végétal.

Pendant l'affinage qui dure un ou deux mois, le morbier développe une croûte naturelle assez fine. Couleur gris clair ou beige, cette croûte est brossée régulièrement.

En forme de roue, le morbier mesure 30 à 40 cm de diamètre et 6 à 8 cm d'épaisseur.

Visuel_12

Dégustation

Ce fromage léger dégage une odeur légère. Ni douce ni forte, sa saveur n'agresse pas le palais. La pâte jaune clair est souple et onctueuse au toucher, sèche et collante à la fois.

Le morbier se déguste en fin de repas, de prférénce avec un pain de campagne et accompagné, pourquoi pas, de grains de chasselas frais... Vous pouvez aussi l'apprécier avec un vin de crépy ou un seyssel...

Visuel_11

Bon alors, on en fait quoi de ce morbier qui est un vrai conte à lui tout seul?

Et pourquoi ne pas l'employer pour détourner une gourmande recette sucrée qui fait toujours l'unanimité, pourquoi ne pas se les faire version salée, ces profiterolles, avec une bonne garniture à la dinde fromagère, aux petits lardons et aux champignons, et à la délicate fondue de fromage en guise de coulis crémeux?

Ben aussitôt dit, aussitôt fait!

lush_112

Variation automnale de profiterolles salées au morbier

Pour une bonne dizaine de choux

la pâte à choux

lush_100_copie

1/4 de litre d'eau, 100g de beurre, 3 oeufs normaux ou 4 petits (210g), 1 cuil à café rase de sel, 1 cuil à café rase de sucre, 150g de farine de blé.

Mettre dans une casserole l'eau, le sel, le sucre, le beurre coupé en morceaux et chauffer à four moyen en remuant régulièrement.

Dès que le beurre est fondu, porter à ébullition et retirer immédiatement la casserole du feu. Verser en une seule fois la farine et mélanger rapidement et énergiquement pour empêcher que la pâte ne forme des grumeaux.

lush_097_copie

Ajouter les oeufs 1 à 1 jusqu'à obtenir une préparation bien homogène.

Faire des petits tas sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, et cuire à four préchauffé à 210°C pendant environ 25 mn.

La garniture

lush_107_copie

2 beaux blancs de dinde, deux poignées de champignons de Paris, 1/2 bouquet de persil, deux gousses d'ail, crème fraîche épaisse, 2 oignons, 1 bouillon cube volaille dégraissé, 1 paquet de lardons fumés, 1 bon morceau de Morbier, de la Maïzena.

Couper la dinde en petits dés.

lush_078

Ajouter 2 cuil à soupe de crème, 1 gousse d'ail hachée, saler, poivrer, bien mélanger et réserver.

lush_079_copie

Emincer et cuire dans une poêle, avec un peu de beurre, les oignons et les champignons.

lush_083_copie

Ajouter les lardons, la gousse d'ail restante hachée et le persil. Saler, poivrer. Quand les lardons sont presque cuits, ajouter la dinde, le fromage coupé en dés...

lush_084_copie

...une cuillère à café de crème...

lush_086_copie

...1/4 de litre d'eau et le bouillon cube.

lush_092_copie

Laisser mijoter à couvert une vingtaine de mn.

Diluer deux cuillères à soupe de Maïzena dans un peu d'eau froide, ajouter dans la poêle et mélanger jusqu'à ce que le mélange épaississe.

lush_102_copie

Laisser un peu refroidir, et garnir les choux.

lush_141_copie

Le coulis fromager

Faire fondre du morbier...

lush_080

...avec un peu de crème épaisse ou de vin blanc, au choix.

lush_099_copie

En recouvrir les choux garnis.

Servir avec une bonne salade à la vinaigrette balsamique accompagnée de grains de raisin chasselas (blanc).

Et voilà!

lush_120

Ben vous savez quoi?

Regardez vous-même:

lush_139

On s'est juste régalés!

Avec un bon pain aux noix pour couronner le tout, je peux vous dire qu'on n'en a pas laissé une miette!

A vous de jouer! ;-)

Et d'ailleurs, si jouer ça vous plaît, gagnez un robot culinaire de luxe multifonctions type Kitchenaid (si si !!!) en votant pour ma recette (ou une autre, un, mais t'es gentil et tu vas voter pour moi...) sur le site dédié au Morbier:

http://www.fromage-morbier.com

Vous avez jusqu'au 14 novembre, alors go go go!!!!! ;-)

Article sponsorisé

Facebook

Twitter

Wikio



Fin »

*******